Accéder au contenu principal

La « désindustrialisation relative » est mondiale

J’ai déjà eu l’occasion d’aborder le sujet : avec un peu plus de 593 milliards d’euros en 2010, la production de notre industrie manufacturière a augmenté de 140% par rapport à 1970 [1]. Au cours de ces 40 années, la valeur ajoutée générée par ce secteur de notre économie – c'est-à-dire la richesse économique qu’il crée chaque année – a plus que doublé [2]. En 2007/08, juste avant la crise, l’industrie manufacturière française avait même battu son record historique de production et de création de richesse. S’il y a bien eut un net recul dans l’industrie textile, il a été plus que largement compensé par d’autres branches comme – par exemple – les équipements électriques, les produits électroniques ou la cosmétique qui ont connu des croissances supérieures à 600%. Il n’y a donc rien, d’un point de vue absolu, qui ressemble de prêt ou de loin à une « désindustrialisation ».

Pourtant, les tenants de ladite désindustrialisation n’en démordent pas et soulignent que le poids de l’industrie dans notre économie a décliné ; conséquence selon eux des délocalisations vers des pays à bas salaires. En effet, la part de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière dans notre PIB est passée d’environ 22% en 1970 à quelque chose de l’ordre de 10% aujourd’hui [3]. Comme nous l’avons vu plus haut, cette évolution n’est pas liée à une réduction de la richesse créée par notre industrie mais à une augmentation plus rapide des activités non-industrielles – et en premier lieu des activités de services. Ce phénomène est bien réel mais il n’est pas lié à la mondialisation puisque – comme le souligne l’excellent Mark Perry – la même évolution s’observe à l’échelle mondiale : la part des industries manufacturières dans le Produit Mondial Brut est passée de près de 27% en 1970 à moins 17% de nos jours [3].

Cette « désindustrialisation relative » – c'est-à-dire la baisse du poids des industries dans nos économies – traduit principalement deux phénomènes : une révolution technologiques – qui nous a fait passer, au cours des dernières décennies, d’une économie des machines à une économie de la connaissance et de l’information – et un gigantesque mouvement d’externalisation des fonctions annexes – qui fait que la part de valeur ajoutée qui revient aux services de nettoyage industriels (par exemple) n’est plus comptabilisée dans l’industrie mais dans les services.

La désindustrialisation est donc bel et bien un mythe qui relève du biais cognitif – les fermetures d’usines font la « une » des journaux mais personne n’entends parler des créations d’emplois qui les compensent – et du marketing politique.

---
[1] Insee – Production par branche aux prix de l'année précédente chaînés.
[2] Insee – Valeur ajoutée aux prix de l'année précédente chaînés .
[3] Nations Unies – GDP/breakdown at current prices in US Dollars.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le marché des actions US est-il si cher que ça ?

Avec un Price-to-Earnings Ratio (cours sur bénéfices nets) désormais nettement supérieur à 20, le marché des actions américaines apparaît désormais très cher et même, selon nombre de commentateurs, trop chers. Cela fait plusieurs mois que le mot en B (« bulle ») a été prononcé [1] et force est de reconnaître que, sur la seule base de ce ratio, c’est effectivement le cas. Néanmoins, un rapide retour sur la théorie de la valorisation donne un éclairage tout à fait différent.Si le PER est un ratio très couramment utilisé sur les marchés, les chercheurs qui s’intéressent à la valorisation des actions utilisent plus volontiers son inverse : le Earnings Yield. En notant $E$ le niveau actuel des bénéfices nets et $P$ le prix du marché, le Earnings Yield s’écrit simplement : $$\frac{E}{P} $$ C’est donc la même mesure mais exprimée sous forme de taux plutôt que de ratio. Si nous utilisons plus volontiers cette présentation c’est que, contrairement au PER, elle a une signification très précis…

Les prix « avant l’euro »

(J’ai l’intention de compléter cet article au fur et à mesure. Si vous avez des prix à proposer (avec des sources crédibles), n’hésitez pas à le me suggérer dans les commentaires.)L’euro a été introduit en deux temps. La première étape a eu lieu le 1er janvier 1999 à minuit, quand le taux de change irrévocable des différentes monnaies nationales par rapport à l’euro a été fixé définitivement — soit, pour ce qui nous concerne, 1 euro = 6.55957 francs. La seconde étape, l’introduction des pièces et billets en euro, s’est étalée sur un mois et demi : du 1er janvier 2002 au 17 février 2002 ; date à laquelle les espèces en franc ont été privées du cours légal [1] — c’est-à-dire qu’il était interdit de les utiliser ou de les accepter en règlement d’une transaction.SalairesÀ compter du 1er juillet 2000, le SMIC horaire brut était fixé à 42.02 francs soit, pour avec une durée légale du travail de 39 heures par semaine (169 heures par mois), 7 101.38 francs bruts par mois. Le 1er juillet 2001,…