Accéder au contenu principal

Excès de libéralisme

A la une des Echos, David Barroux, le rédacteur de chef du quotidien, nous propose un article titré « L'Elysée souhaite engager une refonte de la direction de Renault ». Il y est question du remplacement de Patrick Pélata, directeur général du groupe automobile débarqué suite à une fausse affaire d’espionnage, par Carlos Tavares, le candidat de Carlos Ghosn et d’« une bonne partie des membres du conseil d'administration », mais surtout – comme le titre de l’article l’indique – de la volonté de l’exécutif de remanier l’organigramme de la direction de Renault.

Quoi de plus naturel ? Bien que Renault ait été « privatisée » au début des années 1990, l’Etat reste propriétaire de 15% du capital, Carlos Tavares a déjà rencontré deux ministres avant même d’être nommé (Eric Besson le 9 mai et Christine Lagarde le 20 mai) et le sommet de l’exécutif souhaite manifestement profiter de l’occasion pour réorganiser la direction du groupe pour – je cite David Barroux – « peser davantage sur la stratégie industrielle du constructeur et de limiter quelque peu l'autonomie de Carlos Ghosn ».

Il semble donc qu’en France, l’Etat joue un rôle prépondérant dans la nomination des cadres dirigeants de certaines sociétés privées ; voilà d’ailleurs qui explique probablement la proportion effarante d’anciens hauts fonctionnaires ou directeurs de cabinets ministériels à la tête des grandes entreprises française. Dans le même ordre d’idées, on sait qu’en échange d’un prêt de 6 milliards d’euros sur 5 ans à Renault et Peugeot, l’Etat décide du lieu d’implantation des usines, s’occupe de la politique de rémunération des dirigeants, influence leurs politiques salariales [1] (indemnisation du chômage partiel) et décide de l’affectation de leurs résultats en privilégiant l’investissement par rapport à la distribution de dividendes.

Bien sûr, ça ne vous a pas échappé, l’Etat soutient aussi massivement le marché automobile en poussant les français à remplacer leurs véhicules vieillissants par voie réglementaire (le fameux « bonus-malus écologique ») ou en mettant directement la main du contribuable à la poche avec la « prime à la casse ». Rappelons qu’au dernier pointage, ce dernier dispositif, dont le budget initial s’élevait à 220 millions d’euros, aurait coûté un peu plus d’un milliard d’euros en 2009 et 2010 ; représentant pas moins d’un quart des ventes du secteur. De la même manière, l’Etat cherche activement à relancer le crédit automobile : les aides publiques aux filiales financières de Peugeot et Renault ont été doublées de 1 milliard à 2 milliards d’euros.

Enfin, l’Etat investit au capital des équipementiers de la filière automobile [2] et entend par ailleurs organiser les relations entre les constructeurs et leurs fournisseurs puisque, si l’on en croit notamment François Fillon, les dirigeants de Peugeot et Renault ne semblent pas être tout à fait compétents pour présider durablement à la destinée de telles entreprises.

Bref, l’Etat est à la fois actionnaire et banquier des constructeurs automobiles français et s’occupe activement des relations de ces entreprises privées avec leurs clients, leurs salariés, leurs actionnaires et leurs fournisseurs. Il est donc tout à fait évident que nous souffrons d’un excès de libéralisme.

---
[1] Au-delà de ce qu’il fait habituellement avec toutes les entreprises françaises.
[2] C’est l’objet du Fonds de Modernisation des Equipementiers Automobiles (FMEA), un fonds d’investissement de 600 millions d’euros détenu à parité par le Fonds Stratégique d’Investissement, PSA Peugeot Citroën et Renault.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…