Accéder au contenu principal

L’ancien régime et la révolution

Ce que Tocqueville a à nous apprendre sur les “révolutions de jasmin”

Nous avons tous une vision grandiose des règnes des derniers Bourbon – de Louis XIII à Louis XVI – et de l’action de leurs ministres – Richelieu, Mazarin, Colbert [1] et Fleury. L’Histoire (avec un H majuscule) a retenu les fastes de Versailles, les victoires militaires et le luxe de la cour mais ce que l’histoire (avec un petit h, celle du commun des mortels) nous apprend, c’est que la vie de la grande majorité des français de l’époque se résumait à une misère abyssale. Une épigramme fameuse, du temps de Louis XV, résumait assez bien le sentiment du peuple : « La France est un malade que, depuis cent ans, trois médecins de rouge vêtus, ont successivement traité. Le premier (Richelieu) l’a saigné ; le second (Mazarin) l’a purgé ; et le troisième (Fleury) l’a mis à la diète ».

Une anecdote rapportée dans ses Mémoires par René Louis d’Argenson, ministre des affaires étrangères de Louis XV, rapporte que le duc d’Orléans porta au conseil un morceau de pain de fougère et, à l’ouverture de la séance, le posa sur la table du roi en disant : « Sire, voilà de quoi vos sujets se nourrissent » alors même que monsieur Orry [2] vante la régularité avec laquelle les impôts alimentent le trésor royal. Cet épisode résume assez bien les informations qu’on tire de la lecture des auteurs de l’époque : les français sont écrasés d’impôts [3] et de corvées, l’administration est partout, une réglementation tentaculaire et arbitraire brise toute activité commerciale ou industrielle, tout est centralisé à Paris qui festoie dans l’insouciance la plus totale tandis que, jusqu’aux abords de Versailles, les gens meurent – littéralement –de faim. « Si les peuples étaient à l'aise, écrit Richelieu dans son Testament politique, difficilement resteraient-ils dans les règles ». Tout est dit.

Or, comme le rapporte notamment Tocqueville, le règne de Louis VXI fût certainement le plus prospère des tous – pour les français s’entend. L’auteur de L’ancien régime et la Révolution note (L3, IV) qu’environ 30 ou 40 ans avant la révolution, l’économie française se met progressivement à croître : pour la première fois depuis plus d’un siècle la condition des gens ordinaires s’améliore, le commerce se développe, les industries fleurissent un peu partout et la population augmente. Les sources de l’époque sont sans ambigüités : le prix des fermages ne cesse d’augmenter, le bail de 1786 donne 14 millions de plus que celui de 1780, Arthur Young, dans ses Voyages en France, s’émerveille de la prospérité retrouvée de Bordeaux qui surpasse, selon lui, Liverpool… Partout les gens s’enrichissent dans des proportions jusqu’ici jamais vues. Malgré le poids encore écrasant de l’Etat et la gestion calamiteuse des finances, les tentatives de libéralisation de l’économie française –en particulier par Turgot [4] - permettent enfin à la France de ressentir les premiers effets de la révolution industrielle venue d’Angleterre.

Mais alors pourquoi les français, qui vivent désormais de mieux en mieux, vont-ils faire leur révolution ? Tocqueville propose une réponse qui, je crois, résonne parfaitement avec les évènements auxquels nous assistons aujourd’hui en Afrique du nord, au moyen orient et un peu partout dans le monde. Ce que cette période de croissance et d’enrichissement a implanté dans le cœur de nos ancêtres c’est l’espoir. Pour la première fois, les français goûtent aux effets de la liberté, connaissent la prospérité et commencent à y croire. Avec leur bien être matériel désormais mieux assuré, ils commencent à rêver de libertés politiques. Là où, quelques décennies plus tôt rien ne pouvait se faire hors l’Etat, hors le roi, c’est un peuple entier qui ose enfin rêver de prendre son destin en main. Tocqueville résume son idée en une phrase : « Vingt ans auparavant, on n'espérait rien de l'avenir; maintenant, on n'en redoute rien ».

A quoi d’autre assistons nous aujourd’hui ? Les 50 dernières années ont été, dans le monde entier et dans les pays dits émergents en particulier, la plus formidable période de croissance et de recul de la pauvreté que l’humanité n’ait jamais connu. Jugez plutôt : en 2005, on estimait le nombre de gens vivant avec moins de $1.25 par jour à 1 337.8 millions (25.7% de la population mondiale). D’après une mise à jour publiée récemment par Laurence Chandy et Geoffrey Gertz, deux chercheurs de la Brookings Institution, ce chiffre est tombé à 878.2 millions (15.8%) en 2010. Un dixième de l’humanité qui sort de la misère extrême en 5 ans ! Partout, de l’Asie du sud-est à l’Afrique du nord, des milliards de gens vivent mieux aujourd’hui qu’hier et, comme nos français du XVIIIème siècle, se prennent à rêver de liberté politique.

Après les régimes tunisien et égyptien, se sont pratiquement tous les régimes autocratiques de la planète qui sentent passer ce formidable souffle de liberté. Alors que Kadhafi tente désespérément de sauver son régime, les autorités chinoises viennent de couper l’accès à certains réseaux sociaux sur lesquels commençaient à s’organiser la contestation. Ce que nous renvoient ces millions de gens n’est rien d’autre que notre propre image, il y a un peu plus de deux siècles.

La liberté, écrivait Tocqueville, « certains peuples la poursuivent obstinément à travers toutes sortes de périls et de misères. Ce ne sont pas les biens matériels qu'elle leur donne que ceux-ci aiment alors en elle; ils la considèrent elle-même comme un bien si précieux et si nécessaire, qu'aucun autre ne pourrait les consoler de sa perte et qu'ils se consolent de tout en la goûtant. D'autres se fatiguent d'elle au milieu de leurs prospérités ils se la laissent arracher des mains sans résistance, de peur de compromettre par un effort ce même bien-être qu'ils lui doivent. Que manque-t-il à ceux-là pour rester libres ? Quoi ? Le goût même de l'être. »

Que rajouter à ça ?


---
[1] Qui était contrôleur général des finances pour être précis.
[2] Philibert Orry, contrôleur général des finances de 1730 à 1745
[3] On prélevait 1,2 millions de livres de taille sous Charles VII contre 80 millions sous Louis XVI
[4] Dont Tocqueville dit, à juste titre, « que la grandeur de son âme et les rares qualités de son génie doivent faire mettre à part de tous les autres ».

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Pro Macron - lettre ouverte à mes amis libéraux

Pardon pour cette platitude mais le succès d’Emmanuel Macron c’est avant tout l’expression d’un désir de renouvellement de notre classe politique. Je ne crois pas, si vous me permettez cette hypothèse personnelle, que la plupart de ses électeurs aient voté pour son programme et je suis même convaincu que très peu l’ont lu. Emmanuel Macron est avant tout l’incarnation de ce que nombre de nos concitoyens attendent : une nouvelle tête — un candidat dont les débuts en politiques n’ont pas été photographiés en noir et blanc [1] — et, à tort ou à raison, une rupture avec le système politique hérité de la Libération.Et c’est précisément ça qui a, je crois, tué la candidature de François Fillon. Face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, lors de la primaire, il pouvait aisément passer pour le candidat du renouvellement de la droite et ce, d’autant plus qu’il tenait à l’époque un discours très libéral au regard de ce à quoi nous sommes habitués de la part des Républicains [2]. Seulement voilà : no…

Les Chicago Boys, Milton Friedman et Augusto Pinochet

Cinq Chicago Boys vers 1957
(dont Sergio de Castro, à droite)Tout commence en 1955. Nous sommes alors en pleine guerre froide et les deux grands blocs — l’URSS et les États-Unis — se livrent une lutte sans merci pour accroître leurs zones d’influences respectives. Dans la longue liste des terrains d’affrontement, l’Amérique Latine figure en bonne place et le Chili n’échappe pas à cette règle. La situation chilienne, du point de vue américain, est particulièrement inquiétante : la gauche y vire marxiste, le reste du spectre politique est divisé et les politiques populistes du général-président Carlos Ibáñez ne laissent rien présager de bon. À Washington, on cherche donc à restaurer l’influence des États-Unis dans la région.C’est dans ce contexte qu’en juin 1955, Theodore Schultz, Earl Hamilton, Arnold Harberger et Simon Rottenberg, tous représentants de l’Université de Chicago, débarquent à Santiago pour y signer un accord avec l’Université Pontificale Catholique du Chili. L’objet de l’…