Accéder au contenu principal

Iwy, surfez en toute sécurité

S’il y a bien un endroit où les gens risquent d’abuser gravement de leurs libertés, c’est internet. Cet immense far-west numérique et sauvage est devenu avec le temps un espace d’une extrême dangerosité où des individus peu recommandables et sans aucune qualification dument reconnue par l’Etat donnent leur avis sur tout et n’importe quoi, écoutent de la musique sans avoir acheté de galettes en plastique, diffusent les petits secrets que nos gouvernants auraient bien aimé nous cacher et – comble de l’horreur – organisent même des révolutions.

Quand Nicolas Sarkozy nous avait annoncé son intention de « civiliser internet », avouez-le, vous aviez esquissé le début d’un sourire narquois. Vous avez sans doute pensé à Christine Albanel, ex-ministre de la Culture [1] et de la Communication, passionaria des « firewall open office » [2] et conceptrice d’Hadopi, ce dispositif plein d’avenir que le monde entier nous envie, qui fait hurler de rire les pirates en herbe dès leur première année de collège et qui n’a pas finit de faire rire jaune leurs parents moutontribuables (en 2011, la bestiole devrait tout de même nous coûter 12 millions d’euros).

Eh bien vous avez eut tort parce que figurez vous que le décret n° 2011-219 du 25 février 2011 « relatif à la conservation et à la communication des données permettant d'identifier toute personne ayant contribué à la création d'un contenu mis en ligne » vient de passer au journal officiel et que ce machin là est beaucoup moins drôle. Avant toute chose, le nom de l’animal étant un peu long, je vous propose de l’appeler Iwy pour « Is Watching You » [3].

Comme son nom officiel le suggère, Iwy oblige désormais les fournisseurs de services sur internet à stocker consciencieusement toutes les données que vous auriez malencontreusement laissé traîner sur la toile pendant un an afin de les maintenir à disposition – par exemple – de la maréchaussée, des services du fisc ou de l’URSSaf. Toutes ? Oui toutes : vos noms, prénoms, adresses e-mail, pseudos, mots de passes, numéros de téléphone, dates de connexion, adresses IP, transactions, commentaires, billets de blog… Toutes ces petites traces de vous serons désormais stockées dans de grosses bases de données et, au regard des progrès fulgurants réalisés ces dernières années en matière de traitement de données, vous pouvez être sûrs qu’elles ne tomberont ni dans l’oreille d’un sourd, ni dans l’œil d’un aveugle.

Autant que vous le sachiez, donc, la grande marche civilisatrice d’internet est en marche et ça va être formidable. Nous allons enfin pouvoir surfer en toute sécurité sous le regard bienveillant et protecteur d’Iwy. Si quelque parti moyennement regardant sur la question des libertés individuelles venait à prendre le pouvoir dans ce pays, il y trouverait un outil merveilleux pour veiller d’encore un peu plus près sur nous.

Plus que jamais, soyez prudents dans vos commentaires.


---
[1] Je ne m’y ferais décidément jamais : nous avons, depuis 1959, des ministres de la culture – avant ça, sans doute, la France n’avait pas de culture.
[2] Ne cherchez pas, ça n’existe pas.
[3] Parce que Big Brother… En plus ça servira de nom de code pour plus tard.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Le salaire minimum à 15 dollars de Seattle

En général, la (fonction de densité de la) distribution des salaires ressemble à quelque chose comme ça : C’est-à-dire que relativement peu de gens touchent des salaires très bas (à gauche de la distribution), la plupart perçoivent un salaire proche du salaire médian (au milieu) et, plus on monte dans l’échelle des rémunérations (vers la droite), plus ça devient rare. Sur un graphique de ce type, le P.-D.G. d'une société du CAC 40 ou un joueur international de football se promènent à quelques dizaines de centimètres à droite de votre écran mais ces cas sont si exceptionnels que le trait bleu est invisible à l’œil nu.Le point MinW indique le niveau du salaire minimum légal. À gauche de ce point, en rouge, vous trouvez toutes les personnes dont le travail vaut moins que le salaire minimum. Typiquement, ce sont des gens peu qualifiés, peu expérimentés et même souvent les deux. C’est-à-dire qu’étant donné le niveau du salaire minimum, ces gens-là sont tout simplement inemployables. C&#…

L'océan de cash

Du 4 juillet 2007 au 5 juillet 2017, le total du bilan de la Federal Reserve [1] est passé de 860 à 4 4 trillions de dollars — c’est à dire qu’il a quintuplé. À l’actif de la banque centrale étasunienne, cette croissance phénoménale se traduit par l’explosion de son portefeuille d’obligations émises par le Department of the Treasury — lequel atteint aujourd’hui 2,5 trillions — auquel se rajoutent les titrisations de créances hypothécaires (Mortage-Backed Securities) rachetées à Fannie Mae et Freddie Mac pour environ 1,8 trillions.Il s’agit, bien sûr, des conséquences d’une politique monétaire historiquement accommodante qui a conduit la Fed à intervenir massivement sur le marché obligataire. Très schématiquement : la Fed a créé des dollars ex-nihilo, ce qui ne lui coûte presque rien, et c’est servi de la monnaie ainsi créée pour racheter massivement les obligations qui se trouvent aujourd’hui sur son bilan. L’objectif, naturellement, étant de faire baisser les taux et ainsi — du moins…